La guerre des poils

girls-in-winterS’il y a bien un truc que je déteste ce sont les OUALPE. Oui ces poils noirs et épais (dans mon cas) qui en plus sont récidivistes ! Bref, j’ai toujours détesté mes poils et fait une énorme fixation. ça vient surement de ces petits mots entendus des milliers de fois pendant l’enfance comme « macaque« , « chewbacca« . Bon, je n’ai pas non plus eu une enfance malheureuse mais ces petits surnoms ont probablement participé à ma haine des poils. Comme beaucoup de poilues, j’ai envisagé le laser mais par manque de moyens, je me suis arrêtée à l’épilation à la cire. Depuis plus de 6 ans, je m’octroie une torture mensuelle chez  l’esthéticienne et la lutte contre les poils allait très loin. Crèmes anti-repousse, épilation des bras, du duvet dans le dos enfin bref TOUT et N’IMPORTE QUOI. Avec le temps, mon complexe s’est atténué même si je ne déroge pas à mon rendez-vous chez l’esthéticienne qui se limite à une épilation des sourcils, de la stachemou, des jambes et…du maillot (le moment fatidique). Quant aux aisselles, je m’en charge comme une grande ! Un conseil si ça peut aider : arrêtez de chercher sur Google !  A part le laser, je ne pense pas qu’il y ait de remède miracle. Une épilation à la cire permettra d’affiner les poils avec en prime une pousse plus lente

Personnellement, ma routine anti-poils consiste à :

– Me faire épiler à la cire orientale. J’ai trouvé Charme d’Orient un super institut vers place de la République. C’est la première fois que je suis ravie d’une épilation au sucre car l’esthéticienne a vraiment le coup de main et l’épilation est un peu moins douloureuse qu’une épilation à la cire classique. La prestation reste quand même très chère (jambes entières + maillot intégral = 96 euros) aïe !

– Pour les sourcils et la moustache, je vais chez Beauté Indienne (il y en a plusieurs à Paris). Les esthéticiennes utilisent la méthode du fil. En plus, c’est pas très cher (8 euros pour les sourcils et pareils pour la lèvre supérieure)

– Pour les aisselles, les mini bandes de cire Klorane arrachent (dans tous les sens du terme) et sont super efficaces. Sensibles s’abstenir.

– Faire un gommage hebdomadaire : pas la peine d’en faire 10 000 sauf si l’objectif est de se n***** la peau.

– Hydrater MATIN et SOIR : j’ai parfois la flemme le soir mais essaie d’être assidue (on fait comme on peut). Pour les crèmes, j’utilise Akerat d’Avène car j’ai des problèmes de kérastose pilaire sinon j’applique de l’huile d’argan le soir. Pour le maillot, j’ai une crème spécifique (c’est pas très glamour je sais) : le bikini zone acheté aux US qu’on peut trouver sur Amazon. Il exfolie la peau en douceur et permet de prévenir les poils sous-cutanés.

Sinon, vous pouvez vous la jouer « nature » en laissant pousser vos poils comme le hairy legs club (à chacun son kif). ça réchauffe pour l’hiver ! Perso, ce n’est pas ma tasse de thé.

Eliminer les tâches ET les boutons (en même temps)

Depuis 2 mois, je suis en pleine expérimentation d’une nouvelle routine beauté pour éliminer mes tâches. Ma peau a quelques impuretés mais je suis bien loin de l’acné sévère. Je ne suis pas très gênée par les boutons qui pointent parfois le bout de leur nez. Le seul hic c’est que mes boutons laissent des tâches. Il faut donc traiter la cause du mal : les boutons ! Pour moi une routine, ce n’est pas seulement de nouveaux produits mais aussi de nouveaux gestes. Voici les habitudes qui ont surement participé à l’amélioration de ma peau :

Je me démaquille même quand je ne suis pas maquillée. C’est juste pour éliminer les impuretés. Flemmarde comme je suis, je me suis tournée vers l’hydro démaquillant de Clinique.

– Je me maquille moins. On aura beau me dire qu’il y a des maquillages traitants , non comédogènes et blablabla, je pense que c’est mauvais pour la peau. Un point, un trait ! Le fond de teint rendait ma peau plus terne (c’est peut-être psychologique), et augmentait l’apparition de boutons. Quoi qu’il en soit je me maquille 1 fois par semaine (grand max) depuis plus d’un mois.

– Je fais attention à mon alimentation : je bois plus d’eau, mange plus varié, moins de gras et SURTOUT moins de produits laitiers (j’ai vu plusieurs vidéos et articles qui disaient qu’ils sont soupçonnés de causer des boutons mais je ne les ai pas complètement éliminer de mon alimentation).

J’évite de toucher mon visage avec mes mains et nettoie le plus possible mon iPhone (oui ces trucs remportent le record de saletés accumulées ! ).  J’utilise mes écouteurs pour plus d’hygiène.

– Dernier point TRES IMPORTANT : On ne touche pas les boutons. Je répète : ON NE TOUCHE PAS LES BOUTONS !

Voici ma routine détaillée par produit :

routine anti boutons et taches1. Zinc Picolinate – Solgar

J’étais victime de boutons sous-cutanés. Ils étaient très douloureux et mettaient du temps à mûrir. L’un des seuls moyens de prévenir ce type de boutons, est de traiter le problème de l’intérieur. On m’a donc conseillé le zinc. J’ai senti de réelles améliorations à partir de 2 semaines de prises. Il suffit de prendre un demi comprimé par jour donc ce n’est pas très contraignant. Je trouve ma cure de zinc vraiment efficace car j’ai passé une semaine au soleil en novembre et à mon retour en France, aucun bouton ! (ça tient du miracle chez moi)

2. Mousse hydro démaquillante – Clinique

Etant une très grande flemmarde, j’ai troqué mon eau démaquillante Klorane pour cette mousse. Comme l’eau de Klorane, elle n’est pas agressive. Elle permet d’enlever le maquillage de manière efficace et pratique. Il ne faut pas non plus mettre de tartines de fond de teint sinon ce genre de produits n’est pas adapté. Dans mon cas, j’avais décidé d’y aller mollo sur le fond de teint donc c’est parfait !

3. Gelée Magnifica – Sanoflore

Je l’utilise pour parfaire le nettoyage de ma peau. Elle n’agresse pas. Je l’applique souvent le matin. Enfin bref c’est mon nettoyant depuis un an et il n’y a rien à redire.

4. Deep Clean – Neutrogena

Alors c’est une découverte de supermarché qui est top. j’ai tendance un peu à faire la petite snob concernant ce type de produits mais celui-là il est bien. J’aime bien la sensation de fraîcheur qu’il procure à l’application. je l’utilise le soir et avant mes soins.

5. Cleanance Expert – Avène

Avène est une marque que j’affectionne depuis mon adolescence. J’ai remplacé ma crème Hydrance pour cette nouveauté d’Avène. Je ne sais pas si ce produit a un réel effet sur mes boutons. Il n’agresse pas ma peau. Je n’ai pas de sensations de picotements, ni de rougeurs. J’ai observé que ma peau brillait moins. J’aurais dû intégrer ce produit à mon ancienne routine pour juger de son efficacité.

6. Triacnéal – Avène

Bon ce produit ça fait DES ANNEES que je l’utilise. Il s’applique uniquement le soir. Il agit vraiment sur les boutons ! Il a une durée d’un an et coute environ 10 euros (bon investissement les gens).

7. Sérum visionnaire – Lancôme

Sincèrement, ce produit m’a été offert par ma mère (2 fois). La première fois j’en étais contente (c’était peut-être l’euphorie que j’avais développée autour du produit). La deuxième fois je suis devenue plus objective (et sobre).  Je ne vois pas en quoi il est efficace. Je ne rachèterai pas (enfin ma mère).

8. Advanced Night Repair – Estée Lauder

J’utilise ce produit depuis le mois d’aout. J’ai constaté que mes tâches s’estompaient depuis son utilisation. Ce produit est cher mais plus « économique » (tout est relatif) que le Visionnaire de Lancôme. Si vous devez choisir un produit anti-tâches en distribution sélective, penchez vous sur celui-là. Au bout de 3 mois et demi d’utilisation, il est rempli aux 3/4.

9. Peeling – B Sand 

La particularité de cette marque est qu’elle a un seul produit ! C’est une dermatologue suisse qui a créé ce produit. Il gomme la peau sans l’agresser. 

10. Deep Down Detox – Formula 10.0.06

Pour la marque il auraient pu faire plus simple comme nom pfff ! Ce masque est pas mal. Rien de transcendant. Ma peau est plus éclatante après application mais l’effet dure une journée. Je ne ressens pas d’effet « à long terme » malgré l’utilisation hebdomadaire.  Je testerai un autre masque après l’avoir fini.

J’ai noté une amélioration de ma peau. j’ai toujours un ou deux boutons par-ci par-là mais rien de grave. Concernant les tâches, elles disparaissent (I’m blessed! ) et ma peau est plus éclatante. L’arrêt du maquillage a sans doute joué sur cette amélioration physique et psychologique. J’accepte ma peau au naturel maintenant. Je prends même des selfies #nomakeupday » t’as vu?! (je ne porte même pas un baume à lèvres sur cette photo haha).

Si vous avez des produits anti-boutons ou anti-tâches, dites le moi !

10848101_633847306725479_1601602107_n

La gal(hair)

Capture d’écran 2014-07-03 à 00.30.37 Comment ça vous avez deviné que ça parlait cheveu ? Mes cheveux je les ai détestés toute petite. Chaque matin, c’était le même scénario, démêlage + graissage intensif des cheveux ==> pleurs ==> chouchous multicolores. Bref, au départ c’était pas le grand amour. A la fin du primaire c’était un peu la honte ce genre de coiffure. En grande fan d’Alicia Keys à l’époque, j’ai commencé à faire des tresses. 8 heures à me faire coiffer mais c’était déja mieux que les couettes. Le problème aussi avec les tresses, c’est qu’elles étaient longues à faire et me cassaient les cheveux. Je vivais en Côte d’Ivoire où le temps humide n’arrangeait pas les choses. Bon tout ça pour vous dire que je n’assumais pas mes cheveux bouclés ! Je les haïssais (je ne savais pas ce que j’avais dans la tête) ! Après 12 ans de dur labeur, ma mère m’accorde mon tout PREMIER DEFRISAGE. Alors le défrisage, c’est génial AU TOUT DEBUT. Les cheveux sont parfaitement lisses, tu te prends pour une poupée Barbie. Sauf que comme Barbie, ils deviennent crados au bout de quelques mois…à la fin du collège, j’ai quitté la Côte d’Ivoire pour la France. L’hiver s’est rajouté à mon incompétence en matière de cheveu alors pendant 2 ans, c’était LA BONNE VIEILLE QUEUE DE CHEVAL. Je n’étais pas très coquette et puis c’était pratique pour des raisons évidentes. Je continuais malheureusement à me défriser (détruire) les cheveux.   Quand j’ai eu mon bac, j’ai dit STOP ! Un, il n’y avait plus personne pour me défriser maintenant que je vivais seule et deux je commençais à vouloir retrouver la vraie nature de mes cheveux. Pendant 1 an et demi, j’ai attendu mes cheveux bouclés… et ils sont arrivés. Je pense que c’est à ce moment là que j’ai vraiment su m’occuper de mes cheveux et les assumer tels qu’ils sont. J’ai aussi rencontré une coiffeuse absolument géniale qui prenait soin de mes cheveux (très, oui j’insiste) bouclés et secs. De retour chez moi , je répétais ses gestes, suivais ses conseils et TADA mes cheveux ont retrouvé l’épaisseur que j’avais connue pendant mon enfance. Je ne dis pas que c’est facile mais des soins appropriés, de la patience et les bons gestes aident à avoir de beaux cheveux et mieux maîtriser sa routine capillaire. Maintenant, je vais m’occuper de mes cheveux même si chaque dimanche après-midi ma salle de bain s’improvise en salon de coiffure. Fini les crèmes ultra grasses, place au sérum. Bonjour les bains d’huile, shampoings sans sulfate (de préférence), après-shampoings démêlants, masques, soins et tralala…C’est long mais le résultat en vaut la peine !   Je trouvais sympa de résumer mon évolution capillaire façon Pictologie. Bon évidemment j’ai fait des colorations, coupes et nombreuses autres expérimentations mais je sais à quoi m’en tenir aujourd’hui. Il a fallu 20 ans pour ça mais j’y suis arrivée !