La gal(hair)

Capture d’écran 2014-07-03 à 00.30.37 Comment ça vous avez deviné que ça parlait cheveu ? Mes cheveux je les ai détestés toute petite. Chaque matin, c’était le même scénario, démêlage + graissage intensif des cheveux ==> pleurs ==> chouchous multicolores. Bref, au départ c’était pas le grand amour. A la fin du primaire c’était un peu la honte ce genre de coiffure. En grande fan d’Alicia Keys à l’époque, j’ai commencé à faire des tresses. 8 heures à me faire coiffer mais c’était déja mieux que les couettes. Le problème aussi avec les tresses, c’est qu’elles étaient longues à faire et me cassaient les cheveux. Je vivais en Côte d’Ivoire où le temps humide n’arrangeait pas les choses. Bon tout ça pour vous dire que je n’assumais pas mes cheveux bouclés ! Je les haïssais (je ne savais pas ce que j’avais dans la tête) ! Après 12 ans de dur labeur, ma mère m’accorde mon tout PREMIER DEFRISAGE. Alors le défrisage, c’est génial AU TOUT DEBUT. Les cheveux sont parfaitement lisses, tu te prends pour une poupée Barbie. Sauf que comme Barbie, ils deviennent crados au bout de quelques mois…à la fin du collège, j’ai quitté la Côte d’Ivoire pour la France. L’hiver s’est rajouté à mon incompétence en matière de cheveu alors pendant 2 ans, c’était LA BONNE VIEILLE QUEUE DE CHEVAL. Je n’étais pas très coquette et puis c’était pratique pour des raisons évidentes. Je continuais malheureusement à me défriser (détruire) les cheveux.   Quand j’ai eu mon bac, j’ai dit STOP ! Un, il n’y avait plus personne pour me défriser maintenant que je vivais seule et deux je commençais à vouloir retrouver la vraie nature de mes cheveux. Pendant 1 an et demi, j’ai attendu mes cheveux bouclés… et ils sont arrivés. Je pense que c’est à ce moment là que j’ai vraiment su m’occuper de mes cheveux et les assumer tels qu’ils sont. J’ai aussi rencontré une coiffeuse absolument géniale qui prenait soin de mes cheveux (très, oui j’insiste) bouclés et secs. De retour chez moi , je répétais ses gestes, suivais ses conseils et TADA mes cheveux ont retrouvé l’épaisseur que j’avais connue pendant mon enfance. Je ne dis pas que c’est facile mais des soins appropriés, de la patience et les bons gestes aident à avoir de beaux cheveux et mieux maîtriser sa routine capillaire. Maintenant, je vais m’occuper de mes cheveux même si chaque dimanche après-midi ma salle de bain s’improvise en salon de coiffure. Fini les crèmes ultra grasses, place au sérum. Bonjour les bains d’huile, shampoings sans sulfate (de préférence), après-shampoings démêlants, masques, soins et tralala…C’est long mais le résultat en vaut la peine !   Je trouvais sympa de résumer mon évolution capillaire façon Pictologie. Bon évidemment j’ai fait des colorations, coupes et nombreuses autres expérimentations mais je sais à quoi m’en tenir aujourd’hui. Il a fallu 20 ans pour ça mais j’y suis arrivée !

Publicités